Poèmes pour bars et cocktails

Je ne suis pas ivre de poème

Starkel,  Starkle , petit minet,
Qui diable tu es je pense,
Je ne suis pas sous ce qu'ils appellent
L'alcoolisme de l'alcool.
Je ne suis pas ivre comme je pense,
Je ne suis qu'une petite salope de mouton.
Tee martoonis fait un mec
Imbécile si sensible, je ne sais pas pourquoi
Rally ne sais pas encore qui est moi
Plus je reste ivre, plus je reçois
Alors juste un de plus pour remplir ma tasse,
J'ai toute la journée sobre jusqu'à dimanche.
-Vendu Cober

 

 

LA PRIÈRE DE LA BIÈRE

Notre bière blonde, 
Quel art en barriques, 
Que ta boisson soit sanctifiée. 
je serai ivre, 
A la maison comme à la taverne, 
Donne-nous aujourd'hui notre tête mousseuse, 
Et pardonne-nous nos déversements, 
Comme nous pardonnons à ceux qui se déversent contre nous. 
Et ne nous conduis pas à l'incarcération, 
Mais délivre-nous de la gueule de bois. 
Car à toi est la bière, 
L'amer et la bière blonde, 
Toujours et à jamais, 
Barmen  

Un livre de vers sous la branche,
Une cruche de vin, une miche de pain et toi
À côté de moi chantant dans le désert-
O, Wilderness était déjà le paradis ! 

Ah, mon Bien-Aimé, remplis la coupe qui efface
AUJOURD'HUI des regrets passés et des peurs futures :
Demain!-Pourquoi, Demain je peux être
Moi-même avec Sev'n mille ans d'hier. 

Viens, remplis la coupe, et dans le feu du printemps
Votre vêtement d'hiver du repentir :
L'oiseau du temps n'a qu'un petit chemin
Voler --- et l'Oiseau est sur l'Aile.

Et si le Vin que tu bois, la Lèvre que tu presses,
Finissent dans le rien toutes les choses finissent par --Oui--
Alors imaginez pendant que vous êtes, vous êtes mais quoi
Tu seras---Rien---Tu ne seras pas moins.

-  Omar Khayyám

 Photo par Max Pixel.net/  Creative Commons Zéro - CC0

LE DERNIER POEME DU BARMAN

film de 1988  Cocktail

 

Je suis le dernier barman poète,
Je vois l'Amérique boire les fabuleux cocktails que je fais,
Les Américains puent sur quelque chose que je remue ou secoue,
Le Sex on the Beach, le schnaps à base de pêche, 
Le marteau de velours, le slameur d'Alabama, 
Je fais des choses avec du jus et de la mousse,
L'écureuil rose, le paresseux à 3 doigts,
Je fais des boissons si suantes et snazzy,
Le thé glacé, le Kamikazi, 
L'orgasme, le spasme de la mort,
La fronde de Singapour,
Les Dingaling.
L'Amérique, tu viens d'être dévouée à toutes les saveurs que j'ai,
Mais si vous voulez être chargé,
Pourquoi ne commandez-vous pas simplement un shot ? 
Le bar est ouvert.

 

Laissons les maîtres d'école s'embrouiller la cervelle,
Avec la grammaire, et le non-sens, et l'apprentissage,
Bonne liqueur, je maintiens fermement,
Donne au génie un meilleur discernement.

-Olivier Orfèvre

 

Donnez-moi du champagne,
je ne vais pas me plaindre,
Si c'est le mieux que tu puisses faire,
Mais si tu as de la classe, 
Remplis mon verre,
Avec l'homebrew de l'Oklahoma.

-Tom T. Hall

 

 

Trop de travail, et pas de vacances,

Mérite au moins une petite libation,

Alors salut! mes amis, et levez vos verres,

Le travail est la malédiction des classes d'alcool.

-Oscar Wilde

 

Le vin rentre en bouche

Et l'amour vient à l'oeil;

C'est tout ce que nous saurons pour la vérité

Avant de vieillir et de mourir.

Je porte le verre à ma bouche,

Je te regarde et je soupire.

-  William Butler Yeats  

 

Garçon, apporte un bol de Chine ici,
Remplissez-le d'eau fraîche et claire :
Décanteur avec la Jamaïque à droite
Et une cuillère en argent, propre et brillante.
Sucre coupé deux fois en morceaux,
Couteau, tamis et verre dans l'ordre mis,
Apportez le fruit parfumé et ensuite
Nous sommes heureux jusqu'à ce que l'horloge sonne dix heures.

- Benjamin Franklin 1737 (Jamaïque signifie rhum jamaïcain)